Comparaison SPIP / Drupal

tags:

SPIP et Drupal sont des CMS qui ne sont pas comparables. Si je les compare ici, c'est que SPIP est beaucoup utilisé en France pour de gros sites (ministères, par exemple) et que Drupal est beaucoup utilisé ailleurs dans le monde pour des sites très en vue, comme le site de la Maison Blanche aux USA. Les deux CMS sont utilisés aussi pour des sites de taille modeste ou même pour des blogs.

Si vous ne savez pas ce qu'est un CMS et pour une vue d'ensemble, voyez d'abord : Les CMS: machines à faire du Web. Puis voyez :

Hiérarchie

SPIP est basé sur une structure rigide qui est reflété par ses feuilles de style d'origine et par son organisation en rubriques. Bien sûr, on peut tout changer et on peut casser la rigidité rubriques > articles en tiraillant sur certaines fonctions comme les mots-clés.

En fait, SPIP me semble être l'adaptation au web de la structure d'une revue papier. C'est-à-dire qu'on est passé de l'imprimerie (assistée par ordinateur tout de même) au web sans vraiment changer de point de vue.

Ainsi, vous ne serez pas étonnés que les normes du W3C intéresse beaucoup moins l'équipe de SPIP que les règles typographiques (espaces, majuscules accentués, guillemets à la française).

Il y a deux avantages à cette attitude :

  • Le site est clairement organisé et d'une navigation facile
  • La typographie française est respectée sans intervention de votre part

Vous pouvez oublier l'espace avant un signe de ponctuation double, SPIP vous le corrige et vous met une espace insécable, en plus). Avec les autres CMS, c'est à vous à faire vos espaces insécables, ce qui est vraiment barbant.

Ceux qui n'ont pas GNU/Linux seront sauvés par les raccourcis pour faire des majuscules accentuées. Sous GNU/Linux, ces raccourcis sont inutiles...

Un site sous SPIP dépend totalement du webmestre qui a tous les pouvoirs et qui est indispensable pour effectuer des changements, ce qui pose des problèmes si l'administrateur n'est pas le webmestre : il peut faire disparaître des rubriques ou des articles, chambouler la présentation ; au contraire c'est lui qui mettra de jolies couleurs, qui affichera une série d'articles (comme sur le sommaire), etc. Le webmestre de SPIP doit bien sûr connaître un peu de HTML et maîtriser les CSS mais il doit en plus apprendre le langage de SPIP (les boucles), ce qui est peut-être plus simple que du PHP mais pas très simple non plus.

En un sens, on comprend que SPIP soit utilisé par nombre de ministères et d'administrations en France : séparation des tâches en une hiérarchie bien établie :

  • les rédacteurs ne sachant que rédiger,
  • les administrateurs veillant au bon contenu des articles à eux soumis pour approbation sous la férule d'un chef,
  • et enfin le webmestre qui fait une présentation suivie par les chefs (on dit les "décideurs" peut-être).

Le webmestre est bien tenu en laisse, alors tout va bien mais s'il se révoltait ? — on s'amuserait bien!

La participation au site est beaucoup moins directe qu'avec Drupal. On passe d'un espace privé à l'espace public en changeant complètement d'interface. Avec Drupal, on est en direct sur le site public (même si, en fait, on en est séparé). Bref, il n'y a pas ce cloisonnement. Drupal est ainsi beaucoup plus rapide et beaucoup plus souple et on travaille plus rapidement. Sans compter que si vous appuyez sur une mauvaise touche pendant la rédaction de SPIP et que la page se recharge vous perdez tout votre texte, tandis que sous Drupal, en cas de fausse manœuvre, un retour en arrière vous ramène à votre texte en cours de rédaction.

Bien sûr, Drupal et les autres CMS, aussi, prévoient des rôles bien définis ou à définir et l'administrateur a tous les pouvoirs. Mais au moins dans Drupal j'ai pu très facilement modifier la traduction de l'intitulé «access control» en «contrôle des accès» pour le jeu de mot désinvolte.

Sous Drupal, pas à dire, l'ambiance est différente : tous les membres du site ont l'impression de participer au site, de plain-pied. L'admin est un peu à part — en fait, il intervient peu. Un rédacteur peut aussi partager avec l'admin certaines fonctions et si l'on départage les rôles, c'est aussi pour faire barrière aux pirates qui s'attaqueraient plus facilement au site dans les deux cas suivants, en particulier :

  • si le compte de l'admin restait ouvert trop longtemps pendant une rédaction laborieuse de tonnes de textes
  • si tous les membres du site avaient accès à toute la configuration du site — au moins, ils peuvent avoir accès à certaines fonctions et peuvent être groupés en plusieurs catégories avec des accès différents au site.

La manière de Drupal, c'est du web direct, dynamique et souple à souhait.

SPIP se prête bien à des textes longs tandis que Drupal (ainsi que d'autres CMS d'ailleurs) semble vous pousser à faire des textes plus courts.

Drupal se configure et se transforme presque totalement en ligne tandis que SPIP doit d'abord être installé en local pour le modifier. SPIP ne peut être mis en ligne en l'état tellement il est disgracieux (couleurs et mise en page). La masse de ce qu'on peut changer en ligne sous Drupal est très facile sans être un pro mais on peut se passer de fouiner dans le PHP ou même dans les CSS si on a trouvé son thème idéal.

Les possibilités de configuration par l'administrateur qui n'a pas besoin d'un webmestre font que Drupal est à un tout autre niveau que SPIP.

La manière de SPIP, c'est comme écrire une revue sérieuse qu'on met ensuite en ligne ; cela a beau être dynamique, c'est encore statique et traditionnel.

Enfin, pour tout dire, SPIP est hiérarchique — chaque rubrique bien à sa place (voyez la documentation de base de SPIP qui commence par la hiérarchie qui est aussi une fonction [«balise», dans le langage de SPIP]) ; chaque participant bien sage dans sa fonction, en bon ordre hiérarchique et sous l'œil hiérarchique. C'est flagrant dans la documentation de SPIP : les traducteurs sont anonymes sur le site en ligne alors qu'ils ont des noms dans l'espace privés, des pions dans une œuvre qui les dépasse...

Avec Drupal, et d'autres CMS, du reste, nous sommes bien dans le Web 2.0 qu'un connaisseur comme Élie Sloïm, faisant fi des stupidités prétentieuses qui se racontent, définit simplement comme la participation dynamique des internautes à un site qu'ils n'ont pas mis en place mais auquel ils donnent vie.

Une alternative à SPIP, quand on ne peut pas utiliser Drupal qui demande un hébergement plus solide que SPIP, est à mon avis WordPress ou PlumeCMS.

Commentaires

Pour avoir tester les 2, je préfère largement Drupal royalcactus.com

C'est fait avec Drupal ce site de jeux??

---
Liberté !

Pour en parler, il faudrait d'abord comparer des versions comparables, voire meme des produits comparables :
Je n'ose parler de comparer Drupal v4 (de 2006, correspondant a la seule version de SPIP que vous semblez connaitre) avec l'actuel !!
- si la structure d'origine de SPIP est bien la redaction du Monde Diplomatique, l'anonymat (cité) sur le site public depend des squelettes, comme en depend le respect des normes W3C !
En d'autres termes, il est encore plus facile a un expert HTML de faire respecter ces normes en SPIP qu'avec Drupal (sauf à utiliser Twig, qui ne fait que reprendre le fonctionnement d'origine SPIP ).
- sans vouloir rentrer dans les critères de presentation comparée avec Drupal, je dois aussi signaler une magnifique erreur de votre part sur la comparaison du cloisonnement espace public-espace privé, que ce soit avec l'interface d'orgine (desormais aussi totalement personnalisable) ou les ""crayons" qui vous permettent (en plus de l'edition directe) d'utiliser votre site en mode Wiki !
- vous perdrez vos modif. exactement pareil en SPIP et en Drupal, cela tient à l'asynchronisme du Web : mais SPIP peut vous proposer de gerer votre site nativement en Ajax, avec un simple ajout d'une ligne HTML dans vos squelettes, ce qui vous garantit autant que la protection des formulaires.
- effectivement, en SPIP vous n'aurez pas a traduire "Access Control", et si vous aviez seulement utilisé un SPIP 2.1 vous auriez trouvé accès à l'interface de traduction directe des libellés (existants déja en 50 langues), avec un système integrant de meme les plugins.
- tous les CMS (SPIP comme Drupal) "prevoient des roles bien définis" avec la altitude de définir diverses restrictions et de changer els roles... il n'y apas d'obligation d'un seul Webmestre tout puissant en SPIP comme vous semblez le croire.
- quant àl'"ambiance tres différente"..... de telles assertions non étayées ne relevent que d'un mensonge calomnieux, peut-etre par ignorance...
- "Spip doit d'abord etre installé en local pour etre modifié " : effectivement, il est toujorus conseillé de tester des modifications sur une version de test (locale ou distante) plutot que sur une version de production en charge ; je ferai toutefois remarquer que meme une modification erronée de squelettes (faite en ligne par "skeleditor" par exemple) ne plante absolument pas le site, tout au plus rendrez-vous la page-type modifiée inaccessible jusqu'à restaurer la version precedente.... rien a voir avec certains plantages sur "view"..
- je signale d'ailleurs que cet "outil Drupal" est réputé pour sa lenteur, alors que l'equivalent en SPIP est largement commenté, et sans aucune necessite de PHP : regardez Saisies ou Formidable, voir Fabrique...
- quant aux performances de Drupal (meme dernieres versions) l'exemple "exemplaire" de france.fr a suffisament fait tache en France pour que la valeur du cache SPIP ne se pose meme pas...

Enfin il suffit de voir les thèmes emulant DotClear WordPress ou d'autres CMS (l'inverse etant impossible : car les gestsions de données de SPIP sont bien plus ouvertes et variées que les modèles cités) pour eviter de comparer un blog (7 tables, très connu en mondial), et un outil atteignant la puissance d'un framework, assez proche de Symfony2 (qui est désormais le fondement de Drupal).

Vous invitant a etudier au moins http://spip.net
sans parler de la galaxie SPIP.

Bonne lecture (en francais !)