Que pleurent les pigeons de la prison dorée Apple

Mac et tous les produits Apple sont très en vogue, même parmi les geeks. Aux USA, en particulier, M$Windoz c'est pour les ploucs, Apple pour les branchés.

Richard Stallman résume bien l'entreprise Apple menée par un dictateur qui vient de mourir (cela arrive à tout le monde) : La construction d'une prison dorée («cool» dans le texte) «conçue pour priver les imbéciles de leur liberté».

Il est impossible de dire autre chose d'Apple, même si les tous premiers ordinateurs Apple étaient des machines à bidouiller, à mille lieux des Mac.

Vous aimez ces produits Apple (Mac et iTrucs variés ? Vous les trouvez beaux ? Vous trouvez qu'ils marchent mieux que ceux de M$ ? Vous méprisez Ubuntu ?

Et après ? Vous êtes des pigeons. Vous ne voyez que la dorure des barreaux de la cage Apple et vous ne comprenez pas que les oiseaux libres qui volent alentours sont au-delà des barreaux, non derrière comme vous.

Nous ne sommes pas que deux, Stallman et moi, à voir les fers et les chaînes d'Apple. Lisez l'article éclairé de Clochix Faux Amis.

Steve Jobs, the pioneer of the computer as a jail made cool, designed to sever fools from their freedom, has died.

As Chicago Mayor Harold Washington said of the corrupt former Mayor Daley, "I'm not glad he's dead, but I'm glad he's gone." Nobody deserves to have to die - not Jobs, not Mr. Bill, not even people guilty of bigger evils than theirs. But we all deserve the end of Jobs' malign influence on people's computing.

Unfortunately, that influence continues despite his absence. We can only hope his successors, as they attempt to carry on his legacy, will be less effective.
— Richard Stallman, 06 October 2011 (Steve Jobs)